Barbe et politique

Barbe et politique

Un Français sur deux a misé sur la barbe. Ce chiffre atteint 78% chez les moins de 35 ans, et même 92% chez les 25-34 ans ! Les plus de 50 ans, quant à eux, sont à 60% favorables au rasage de près. La barbe suit un cours cyclique, souvent choisie pour se démarquer de la génération précédente. Y a-t-il un symbole politique derrière la barbe ?

Une expression politique

L’ethnologue Christian Bromberger, auteur des Sens du poil, explique que la barbe a toujours été un symbole politique. Selon lui, elle était une expression de sagesse chez Jean Jaurès et Paul Doumer par exemple, par opposition à Napoléon III. Il compare les hippies, qui, par le port de la barbe, exprimaient leur liberté, aux skinheads qui se rasaient complètement.
La barbe de trois jours des start-uppers vient remplacer la barbe broussailleuse des révolutionnaires tels que Che Guevara et Fidel Castro. La plupart des barbus ont choisi Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle et soutiennent surtout la République en Marche ou le Front National. De leur côté, les Républicains ont su convaincre les hommes totalement rasés. Le Parti socialiste et La France insoumise fédèrent, eux, aussi bien des hommes rasés que portant la barbe.

Des hommes de centre droit

Christian Bromberger affirme que la barbe, qui aujourd’hui est courte et soignée, est surtout arborée par les partisans du centre droit. Ces libéraux s’identifient au start-upper dynamique.

La barbe fournie en déclin

La longue barbe du hipster est en déclin, ce depuis l’élection de Donald Trump. Elle évoque l’Amérique profonde, et ses habitants qui ont élu l’actuel président des États-Unis, selon le spécialiste Laurent Cohen, fondateur de la marque de soins Beardilizer. C’est pourquoi les start-uppers se sont tous rasés, se démarquant ainsi de cette représentation.
Source : L’Obs.

Laisser un commentaire

Fermer le menu