Comment porter la barbe ?

Comment porter la barbe ?

Plus d’un Européen sur deux porte la barbe en 2015, et 48% des Français portent soit une barbe, soit une moustache. Les ventes de rasoirs nous en disent aussi sur la tendance. En 2011, on vend moins de rasoirs qu’en 1997 : 57 millions d’unités vendues contre 72 millions 14 ans auparavant. De 6 rasages par semaine à la fin des années 90, le rythme a été divisé par deux en 2015. La barbe légère est préférée par 44% des femmes en 2011, elles étaient deux fois moins nombreuses en 2001. Selon une étude réalisée à partir des photos publiées dans un magazine anglais, 30% des hommes apparaissent barbus en 1905, contre 5% en 1950. Dans la France d’Après-Guerre pourtant, l’accessoire pileux revenait à la mode. La barbe redevient en 1955 ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : la plus noble conquête de l’homme !

Aventurière, à la Bombard

Alain Bombard est un jeune barbu médecin et biologiste. Le 20 octobre 1952, il décide de prendre la mer, comme un naufragé. À bord d’un radeau pneumatique, il projette de traverser l’océan Atlantique. Son objectif : prouver qu’on peut survivre sur un canot, avec un peu de volonté, pendant plusieurs semaines, sans eau ni nourriture, en puisant ses vivres dans la mer. Il atteint en décembre les côtes de la Barbade, amaigri mais vivant. Il raconte son aventure dans son livre Naufragé Volontaire, publié en 1953.

Deux ans auparavant, il voit arriver les corps d’une quarantaine de marins noyés, alors qu’il était interne à Boulogne-sur-Mer. Il réalise des analyses en laboratoire pour trouver des solutions contre la soif et la faim. Il en déduit que l’homme peut survivre en mer. Quel meilleur moyen de valider sa théorie que d’en faire l’expérience lui-même ? Il emporte alors avec lui un sextant pour la navigation, une presse à poisson, un filet à plancton et des lignes de pêche.

Énigmatique et cruelle, à la Borgia

Fils de pape, aventurier, César Borgia est un guerrier de la Renaissance italienne. Archevêque à dix-sept ans, cardinal l’année d’après, il quitte le milieu ecclésiastique pour devenir chef de guerre et tente d’unifier sous son autorité une partie de l’Italie. Il est soupçonné d’avoir fait assassiner son frère Juan en 1497. Jaloux de lui, à qui revient le rôle de premier personnage de l’État après le pape, en tant que capitaine et gonfalonier de l’Église, il l’aurait percé de neuf coups de dague.

Conquérante, à la Landru

Landru est l’un des plus célèbres tueurs en série français du XXe siècle. Père de quatre enfants, il a escroqué plus de 280 femmes et tué 11 personnes. A la fin du XIXe siècle, Landru organise sa première escroquerie. Il met en place une publicité nationale pour vendre des bicyclettes, qu’il ne fera jamais produire, et récolte l’argent avant de disparaître. Il est condamné à la déportation à vie au bagne de Guyane en 1914 pour une autre de ses fraudes. Certains spécialistes pensent que cette décision de justice est à l’origine de ses meurtres. Il établit alors un plan pour attirer ses premières victimes.

Marié, il se fait passer pour un homme veuf, seul dans son domicile qu’il loue dans l’actuel département des Yvelines. La première Guerre Mondiale fait rage et les femmes ayant perdu leur mari sont des cibles parfaites pour lui. Il les trouve via des agences matrimoniales. N’utilisant pas moins de 90 pseudonymes, il les vole avant de les tuer. Une enquête est ouverte en 1918. L’année d’après, il est reconnu aux bras d’une femme. Son domicile est perquisitionné. Il est condamné à la guillotine en 1921.

Ministérielle ou impériale, à la Négus ou à la Buron

Impériale, à la Négus

Haïlé Sélassié, dernier empereur d’Éthiopie, est l’un des principaux acteurs de l’Afrique du XXe siècle, avant que le pays ne bascule vers le communisme. Monarque antifasciste, il était une figure discutée dans son pays depuis que les éthiopiens avait pu voir des images du reportage d’un cameraman britannique, le présentant nourrissant ses chiens avec affection pendant la famine de 1974, qui fit plus 200 000 victimes dans le pays. Certains lui concèdent d’avoir sorti son pays du Moyen-Âge pendant son long règne, d’avoir réussi à lui conférer, grâce à sa diplomatie et son charisme, un rayonnement mondial. Sa présence aux obsèques de Kennedy et de De Gaulle montre que l’image du pays s’est véritablement transformée sous son règne de réformateur de 44 ans.

Négus s’est lancé dans un vaste programme de modernisation sociale et économique. Il a promulgué des décrets pour abolir l’esclavage et inspiré la rédaction d’une première Constitution qui fut appliquée en 1931. Certains soulignent son approche progressiste en rappelant que les premières écoles, universités, la première structure hospitalière, la compagnie aérienne et d’électricité, la radio et la télévision, ainsi qu’une armée furent instaurées durant son règne.

Ministérielle, à la Buron

Robert Buron a été ministre dans onze gouvernements de la IVe à la Ve République. Jeune, il était proche du royalisme. Pendant l’Occupation, il participe au groupe de la rue de Lille, un groupe de Résistance intérieure française pendant la Seconde Guerre Mondiale. À la libération, il adhère au Mouvement Républicain Populaire (MRP). Contrairement à son parti, il soutient la constitution du gouvernement de Pierre Mendès France en 1954, et se consacre au ministère de la France d’Outre-Mer, ce qui lui permet d’engager des contacts en Afrique. Il sera choisi par De Gaulle pour participer à la troïka française, qui négocie les accords d’Évian avec le Front de libération nationale (FLN) algérien.

Robert Buron évolue, après avoir été ministre de De Gaulle, vers le socialisme. En 1962, il quitte le gouvernement. Toujours actif à la mairie de Villaines et au conseil général, il se distancie de la politique nationale et devient président de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE.) Il est maire de Laval en 1971. C’est la première fois qu’on a, alors, une municipalité socialiste à Laval.

Découvrez comment les hommes portent la barbe en 2018 sur notre article La barbe a le vent en poupe.

Sources : INA (Institut National de l’Audiovisuel), Franceinfo, Le Figaro, Europe 1, L’Humanité, Le Parisien, RFI Afrique, Ouest France, YouTube.

Laisser un commentaire

Fermer le menu