Trouver son style de barbe

Trouver son style de barbe

Barbe fournie vs barbe moins fournie

Nombreux sont les adeptes de la barbe fournie. Dans les films ou dans la rue, elles habillent les visages et les rendent parfois plus chaleureux. Un côté « wild » assumé par les hommes, qui surprend parfois quand ils nous avaient habitués à les voir rasés complètement.

La barbe fournie s’entretient : comme les cheveux elle peut perdre en substance, les poils peuvent se casser ou finir en semblants de bouclettes peu disciplinées.
Un barbu de ce genre se rase ou va chez le barbier. Ne serait-ce que pour réajuster la forme de sa barbe, au niveau du cou et des joues, des lèvres inférieures et supérieures. Si ce style a séduit les hommes que l’on croise tous les jours et les célébrités, il n’a pas convaincu la plupart des français, qui préfèrent se cantonner, si barbe il y a, à celle de 3 jours. Mais qui sait ce que l’avenir nous réserve ?

Notre article La barbe a le vent en poupe parle des styles de barbe les plus adoptés en 2018. Il s’agit de la barbe de trois jours, suivie de la barbe courte bien rasée. La grande barbe fournie serait même perçue comme ringarde par 24% des répondants. Elle est donc loin de faire l’unanimité.

Elle serait même associée à la barbe des habitants de l’Amérique profonde, ceux qui ont élu Trump, selon le spécialiste Laurent Cohen, fondateur de la marque de soins Beardilizer. Notre article Barbe et politique explique ce phénomène des start-uppers qui se seraient rasés pour se distinguer de cette image.

Des championnats pour la barbe

Quoi qu’il en soit, la barbe reste un phénomène sociétal et donne même lieu à ses propres championnats. La troisième édition de ce concours a lieu le 22 juin prochain à Paris. Cette compétition initiée en 2017 à l’initiative de la marque Beardilizer, récompense la plus belle barbe du pays.

Ici, les barbes fournies sont à l’honneur : la « Verdi », la « Garibaldi », la « freestyle » ou encore la « supérieure/inférieure à 20 cm ». En images, ça donne :
Barbus championnats

Top 16 des styles de barbe selon Gillette

En plus soft, on a la marque Gillette qui nous propose un éventail de barbes taillées selon votre forme de visage. Gillette a créé un répertoire des barbes rasées, le top 16 des styles de barbe. Nous avons décidé de vous les présenter. Peut-être y trouverez-vous le vôtre !
La barbe courte et relativement évasée habille une forme de visage carrée. Elle ne cache pas complètement le menton, elle le met en valeur. Bien dessinée, elle attire l’œil sur sa structure géométrique.
Un visage rond s’équilibre avec une barbe qui pointe vers le bas, courte ou non, et qui affine le visage. La moustache vient limiter cette descente vertigineuse en apportant une touche d’élégance.
Un visage ovale s’adapte parfaitement à une barbe de 3 jours, qui vient souligner la mâchoire et apporte un volume structuré. La moustache, simple ou en fer à cheval façon Borodine, convient bien aux visages ovales et leur apporte un trait de caractère sans dénaturer leur forme.
Sur un visage rectangulaire, on peut oser les côtelettes ou la barbe et la moustache de Gunslinger. Un style un peu vintage, qui vient souligner le caractère rectangulaire du visage. Pour être plus soft, on peut tenter le timbre ou le collier, qui habillent subtilement le menton ou le cou.
Voilà de quoi vous donner des idées selon le gabarit de votre visage. Mais difficile de choisir tout seul son style, il est parfois nécessaire d’aller voir un barbier pour trouver ce qui fonctionne le mieux.

L’émission LTOM s’intéresse aux barbiers

Si la barbe, on peut la tailler soi-même, le passage chez le barbier est une expérience à vivre. Le troisième épisode de l’émission Les Témoins d’Outre-mer s’intéresse à la mode de la barbe.

Les invités : Mathieu Le Maux, rédacteur en chef adjoint de GQ, le barbier au pseudonyme Barber Hafner sur les réseaux sociaux, son ami et client Christy Lambeau, et Andy Pimor. On a aussi un barbier qui a été formé à La Barbière de Paris, et son modèle Sébastien qui se fait raser sur le plateau.
Ce qui ressort, c’est l’association qu’ils font entre le charisme, la virilité, le « tendance » et la barbe. C’est aussi cette façon dont ils parlent du rituel chez le barbier. On vous restitue les phrases fortes qui sont ressorties de cette émission.

Être barbier, c’est être visagiste

La barbe peut changer le visage d’un homme. Être barbier, c’est être aussi visagiste, c’est capter la personne que l’on a dans le fauteuil pour savoir ce qui lui va, ce qui ne lui va pas. Forcément, la morphologie est une partie vraiment primordiale, parce-que c’est grâce à la forme du visage qu’on va venir adapter la taille de barbe.

C’est un atout esthétique. Une barbe, ça peut s’entretenir au quotidien. Et on peut y passer presque une heure ! Il y a des lotions, des shampoings spécial barbe…

La barbe gagne du terrain

La barbe témoigne pour certains d’un certain laisser-aller que la société a accepté, que le travail a accepté. Sauf dans le cas des pompiers pour des raisons de sécurité. Maintenant, les agents des forces de l’ordre ont le droit de porter la barbe, alors qu’avant ce n’était pas le cas. On a un premier ministre barbu.
On parle de Barber shop en clin d’œil à la culture américaine. Une barbe métamorphose un homme, façon Georges Clooney. Qu’elle soit bien taillée ou pas, tout ça dépend du lifestyle de l’homme qui la porte. C’est un atout pour les hommes, qui se trouvent une nouvelle personnalité et un paraître.

Pourquoi aller chez le barbier

Il est important d’entretenir sa barbe et d’avoir un certain style. Il y a différentes manières de tailler une barbe. D’où l’intérêt d’aller chez le barbier, qui a un regard expert et nous suggère d’adopter le style qui nous irait le mieux.
C’est un vrai rituel à la tondeuse, au peigne qui démêle, à la brosse qui lisse. Le barbier vient travailler les finitions avec la paire de ciseaux, ce qui offre plus de feeling, et évite de commettre des erreurs. La brosse vient lisser les volumes qu’on vient de créer. Il y a le sèche-cheveux, pour détendre la barbe. Et on recommande de l’utiliser le matin, quand la barbe part dans tous les sens.
Autre avantage : le barbier arrive à masquer les petits trous qui peuvent apparaitre sur la barbe dans une vraie sculpture, en faisant en sorte qu’elle devienne homogène. Faire appel à lui permet d’éviter les poils incarnés, irritations et brûlures.
Le budget ? Il va d’une quinzaine d’euros à une soixantaine d’euros. Une cinquantaine de barbiers en région parisienne ont ouvert depuis 3 ans, et la tendance gagne l’Outre-mer.

Un lieu de partage

Le Barber Shop est un lieu de socialisation, un lieu où on se retrouve entre hommes. On noue assez facilement le contact avec le barbier. Il y a des affinités qui se créent, on parle de tout et de rien, c’est un lieu qui génère des discussions. On s’attache, finalement, à son barbier ! Mathieu Le Maux parle même d’un nouveau point de rencontre tendance et moderne.
Quid de la moustache, très présente sur le top 16 des styles de barbe par Gillette ? Ce serait un épiphénomène, connoté ancien et ringard, même s’il y a des gens à qui ça va très bien.
Parfois, le style de barbe qu’on veut n’est pas forcément ce qui nous irait le mieux. Le barbier est là pour subtilement nous le faire comprendre…
Source : Gillette, GQ, championnatdefrancedebarbe.com.

Laisser un commentaire

Fermer le menu